Quand j’ai décidé de partir 5 mois en Asie, la visite de Siem Reap et des temples d’Angkor était tout en haut de ma bucket list  !

L’arrivée à Siem Reap est facile dans la mesure où il y a des bus qui partent de tout le Cambodge et qui y arrivent directement.

Concrètement, comment se visitent Siem Reap et ses temples ?

 La première manière de le faire, c’est le tuk-tuk. Premier inconvénient ? Ce n’est pas gratuit, comptez minimum 15$ la journée, mais n’hésitez pas à négocier sinon vous pourriez arriver à un tarif de 25$ la journée. Que vous voyagiez seul ou non, vous pourrez trouver des personnes avec qui le partager (on se limite généralement à 4 personnes mais vous trouverez certaines exceptions qui acceptent 5 personnes par tuk-tuk). Cela peut néanmoins s’avérer compliqué : en effet, il vous faut trouver quelqu’un qui partage vos envies… Et votre horaire !

 Si le tuk-tuk ne vous parle pas, il y a l’option vélo. Bien que n’étant pas une grande fan de vélo en ville, je me suis laissée tenter en écoutant d’autres voyageurs me vanter cet autre manière de visiter Ankor. A 2$ la journée, son prix est imbattable.

Ne faites pas la même erreur que moi : renseignez-vous ! En effet, l’endroit où l’on achète les tickets n’est pas au même endroit que les temples. Si votre sens de l’orientation est aussi proche de zéro que le mien, sachez que cela vous fera une jolie trotte… à pédaler (sachant que le centre d’achat n’est pas clairement indiqué sur les applications et les locaux ont tendance à donner des infos contradictoires).

Après 100, 1000 ou plutôt 10.000 coups de pédale, j’ai trouvé le Saint-Graal et acheté mon pass 3 jours (qui m’a coûté environ 65$). 

Étant arrivée à Siem Reap au milieu de la nuit, j’ai décidé de me reposer le premier jour et j’ai donc loué un vélo le lendemain.

Si vous aviez en tête de prendre un scooter, sachez qu’il est quasiment interdit aux touristes de se déplacer comme ça sur le site d’Angkor. Conseil facilité 2 : j’ai personnellement suivi le circuit indiqué dans le Lonely Planet. Le site étant vraiment grand, un circuit vous permet de ne pas vous embrouiller dans la visite des temples.

On ne compte plus les avantages du vélo. A Siem Reap comme dans notre plat pays, pas de montée ni de descente. On se croirait presque sur la côte, avec un autre paysage ceci dit. Vous pouvez aller à votre rythme, faire des pauses quand vous le voulez, passer le temps que vous souhaitez dans chacun des temples sans avoir l’impression de retarder ceux qui n’auraient pas votre rythme. J’insiste sur le fait que pédaler, par essence, sera plus fatiguant que le tour en tuk-tuk.

Petit conseil et rappel : on n’oublie pas de bien s’hydrater. J’ai oublié ce précieux conseil le deuxième jour et ai passé une matinée à ne pas savoir marcher à cause de crampes… Inutile de dire que le tuk-tuk est tombé à point.

Vous l’aurez compris, louer un vélo est une étape immanquable dans votre voyage. En plus de l’expérience, il vous fera des fesses d’enfer #Booty. Et ça, ça n’a pas de prix!

Author

Write A Comment